SITES SEVESO

Quelles vont être les leçons tirées de l’ACCIDENT Lubrizol à Rouen ?

Quelles implications sur le terrain ?

Suite à l’incendie ayant eu lieu sur les sites de Lubrizol et de Normandie Logistique à Rouen le 26 septembre 2019, Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a dévoilé ce mardi 11 février le plan d’actions du Gouvernement pour améliorer la prévention des risques industriels et le suivi des conséquences en cas d’accident et renforcer les contrôles et moyens d’enquête.

Un commentaire sur « SITES SEVESO »

  1. Lubrizol. Pour Christophe Bouillon, les propositions de Damien Adam sont « trop molles »
    Le député de Seine-Maritime, Christophe Bouillon, président de la mission d’information sur Lubrizol, fait 18 propositions supplémentaires à celles du rapport de Damien Adam.

    http://www.lcp.fr/actualites/les-propositions-de-lassemblee-apres-lincendie-de-lubrizol-rouen

    Les 18 propositions de Christophe Bouillon

    Voici les 18 propositions que Christophe Bouillon décline dans l’avant-propos du rapport de Damien Adam :

    1. Création d’une autorité de sûreté des sites Seveso.
    2. Repenser l’élaboration des Plans de prévention des risques technologiques (PPRT) à l’échelle de plateformes industrielles, plutôt qu’à l’échelle d’un site.
    3. Rendre obligatoire la transmission des rapports d’assurances à l’Autorité de Sûreté des sites Seveso.
    4. Une réserve communale de sécurité civile composée de citoyens volontaires.
    5. Mise en place d’une semaine de la sécurité, chaque année, en direction de l’ensemble de la population.
    6. Réaliser un état des lieux général du matériel d’intervention et obliger tous les sites industriels à tenir une liste à jour des produits dangereux.
    7. Rendre obligatoire, pour tous les sites Seveso seuil haut, la présence de pompiers internes à l’entreprise.
    8. Les sites Seveso doivent assurer une formation complète aux salariés des entreprises sous-traitantes avec lesquelles ils contractent.
    9. Installer des caméras 360° sur tous les sites classés Seveso.
    10. Réaliser par un cabinet spécialisé une simulation de cyberattaque pour évaluer la résilience de ses installations.
    11. Renforcer les moyens humains en créant de nouveaux postes d’inspecteur des sites classés.
    12. Faire évoluer le plafond des sanctions, de 15 000 euros d’amende maximum aujourd’hui à 100 000 euros.
    13. Mettre en open data tous les documents diffusés au Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst) concernant les demandes d’autorisation.
    14. Revoir la composition du Coderst qui laisse aujourd’hui peu de place aux représentants des collectivités locales et aux Organisations non gouvernementales (ONG).
    15. Pour que la pression sur l’exploitant soit constante, il faut créer des « permis ou autorisations provisoires » comme en Allemagne pour les sites industriels à hauts risques.
    16. La mise en place d’un comité pour la transparence doit devenir automatique.
    17. Organiser des « exercices à la japonaise » grandeur nature pour que les gestes et les comportements s’acquièrent.
    18. Assouplir les conditions de reconnaissance de l’état de catastrophe technologique.

    J'aime

Ne pas hésiter à Laisser un commentaire. Merci

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.