Archives pour la catégorie Seveso

Pour Christophe Bouillon, les propositions de Damien Adam sont « trop molles »

Le député de Seine-Maritime, Christophe Bouillon, président de la mission d’information sur Lubrizol, fait 18 propositions supplémentaires à celles du rapport de Damien Adam.

Pour lui, celles de Damien Adam sont « trop molles ».

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/lubrizol-christophe-bouillon-propositions-damien-adam-sont-trop-molles_31419239.html

SITES SEVESO

Quelles vont être les leçons tirées de l’ACCIDENT Lubrizol à Rouen ?

Quelles implications sur le terrain ?

Suite à l’incendie ayant eu lieu sur les sites de Lubrizol et de Normandie Logistique à Rouen le 26 septembre 2019, Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a dévoilé ce mardi 11 février le plan d’actions du Gouvernement pour améliorer la prévention des risques industriels et le suivi des conséquences en cas d’accident et renforcer les contrôles et moyens d’enquête.

L’Etat s’oppose à l’action anti-Total

L’Etat s’oppose à l’action anti-Total d’un petit maire de la Meuse.

                               


La préfecture de la Meuse enjoint à la petite commune de Champneuville de se retirer d’une action collective contre Total pour inaction climatique. Et prend la défense du pétrolier dans un recours gracieux dont la Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Seveso a pu se procurer.

Lire :     Article journaliste Jade LINDGAARD

            Courrier de la sous Préfecture de VERDUN Maire de CHAMPNEUVILLE

Mission d'information mise en place par l'Assemblée Nationale

Le 12 décembre 2019, différents collectifs et associations de défense des riverains dont la Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Seveso étaient auditionnés par la mission d’information mise en place par l’Assemblée Nationale après l’incendie du site Lubrizol à ROUEN

compte rendu de cette audition.

LA COUR DE CASSATION CONFIRME L’ACCIDENT CHIMIQUE CHEZ AZF.

LA COUR DE CASSATION CONFIRME L’ACCIDENT CHIMIQUE CHEZ AZF.

Le premier procès AZF avait eu lieu de mars à juin 2009, devant le tribunal correctionnel de Toulouse. … Un appel du parquet avait suscité un deuxième procès devant la Cour d’appel de Toulouse. Les magistrats avaient alors condamné, en septembre 2012, Serge Biechlin à trois ans de prison, dont un ferme.

Lire le communiqué de la Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Seveso.

Du 2 au 31 décembre 2019, la mission d'information sur l'incendie survenu sur un site industriel à Rouen organise une consultation citoyenne

la mission d’information sur l’incendie survenu sur un site industriel à Rouen organise une consultation citoyenne

Du 2 au 31 décembre 2019

Elle s’adresse aux habitants de Seine Maritime (pages 4 à 10), puis à ceux du reste du pays. (pages 11 à 14).

La page 15 permet d’exprimer un avis.

La coordination vous appelle à compléter les champs vous concernant et renseigner la page 15.

Accéder à la consultation LUBRISOL

Ain : vol de 200 kilos d'explosifs sur un site classé Seveso

VU DANS LA PRESSE – 200 kilos de produits explosifs ont été volés, dans la nuit de vendredi 15 au samedi 16 novembre, dans une entreprise spécialisée dans les feux d’artifice.

Esther Serrajordia Journaliste publié le 21/11/2019 à 17:11

C’est « une prise très sensible », selon le parquet. Dans la nuit de vendredi 15 au samedi 16 novembre, des voleurs ont réussi à pénétrer sur le site de la société classée Seveso Ukoba, spécialisée dans les feux d’artifice à Saint-Jean-de-Thurigneux (Ain). Au total, 200 kilos d’explosifs ont été dérobés, révèle le quotidien Le Progrès

Les cambrioleurs sont également repartis avec quarante cartons contenant trois kilos d’artifice chacun. Une enquête a été ouverte et a été confiée à la gendarmerie de Trévoux, mais, pour l’instant, aucune interpellation n’a été réalisée. 

Malgré les grillages et les portails, les cambrioleurs ont réussi à rentrer dans la société puis à prendre la fuite. « Il est très clair qu’un nouveau point sera fait avec l’exploitant. S’il y a une faille quelque part, il faudra rapidement y remédier« , a déclaré au Progrès le cabinet du préfet de l’Ain. 

L’entreprise est classée Seveso et fait partie des huit sites classés en seuil haut dans le département.