Archives du mot-clé Pollution

PRÈS DE MARSEILLE,UNE MONTAGNE DE DÉCHETS BRÛLE DEPUIS NOËL.

Près de deux semaines après le début de l’incendie, qui s’est produit le 26 décembre dernier, les flammes ravagent encore la montagne de déchets dans une odeur saturée de caoutchouc et de plastiques brûlés.

30000 m3 de déchets au lieu des 1000 m3 autorisés s’entassaient sur 10 m de haut, sous un hangar fermé.

Nouvel exemple d’un comportement sans scrupule d’industriels qui font fi des recommandations environnementales, de la santé des riverains, qui ridiculisent les services de l’Etat en ne respectant pas les arrêtés préfectoraux de mise en demeure.

Simple demande d’autorisation, non respect de la réglementation, irrégularités manifestes au code de l’environnement, pollution des eaux, de l’air (dans la nuit du 30 au 31 décembre, ATMOSUD, organisme qui contrôle la qualité de l’air a enregistré des taux de particules fines PM10 de près de 1000 µg/m3 alors que la limite maximum fixée par l’Organisation Mondiale de la Santé sur 24 h est de 80 µg/m3), la coordination nationale des associations riveraines des sites Seveso entend collecter à partir des informations fournies pas les associations les exploitations en non-conformité.

L’Etat ne doit pas se contenter de mots mais d’actes forts contraignants pour les industriels A lire:

Le Figaro

Reporterre.net

« le vacarme continuel »

Des ELU(E)S MONTENT AU CRENEAU.

Des exemples à suivre.

Les Associations de défense des riverains regroupées au sein de la Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Seveso ont toujours prétendu que les élu(e)s (Maires des communes, député(e)s soucieux de la sécurité des citoyens et de leur qualité de vie devaient pouvoir intervenir et demander des comptes aux pollueurs.

°Le maire de Port de Bouc dénonce « le vacarme continuel » des torches de Lavera

° Incident de LyondellBasell: des maires montent au créneau

° Torchage LyondellBasell : Jean-Marc Zulesi se mobilise

11/08/2020 à 11h49

Les torches de la plateforme pétrochimique de Lavéra sont toujours très actives

C. Lombard

Trop c’est trop pour le maire de Port de Bouc qui dénonce la multiplication des épisodes de « détorchages » sur la plateforme pétrochimique de Lavéra. Dans une lettre datée du 10 août et adressée aux directeurs des usines Naphtachimie et Pétroinéos, Laurent Belsola s’étonne que « l’activité des torches n’ait pas encore cessé » et engendre « vacarme continuel et émissions de fumées noires d’hydrocarbures ».

MARTIGUES: une plainte déposée pour pollution marine.

Une fuite d’agent chimique corrosif s’est produite dans la nuit du mercredi au jeudi 23 juillet au sein du complexe pétrochimique Lavéra à Martigues (Bouches-du-Rhône). Elle a conduit à la formation d’une nappe acide polluante* de quelques hectares dans la Méditerranée.

Cette fuite a été détectée à 01H50« au niveau d’un bac de stockage de solution de chlorure ferrique au sein de l’atelier de production du site de Kem One à Lavéra » précise le groupe industriel, numéro deux européen du PVC.

* Chlorure ferrique: Ce produit chimique hautement corrosif est utilisé notamment pour le traitements des eaux usées. Il s’est transformé en solution acide marron au contact de la mer, formant une nappe toxique d’environ six hectares dans la Méditerranée, au niveau de l’anse d’Auguette.

Le site pétrochimique Lavéra fait partie de l’un des plus gros complexes industriels d’Europe, autour de l’Étang de Berre, qui génère une pollution suscitant régulièrement les craintes des habitants des environs.

En octobre 2019, certains d’entre eux avaient notamment attaqué en justice quatre industriels, le chimiste Kem One, ArcelorMittal, Esso et le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer, pour « trouble du voisinage ».

PLUSIEURS QUESTIONS SE POSENT.

DÉCLARATION. Gaby Charroux, maire de Martigues-Lavéra

L’incident qui s’est produit aujourd’hui dans l’anse d’Auguette à Lavéra met en lumière un certain nombre de questions et d’insuffisances qu’il convient de soulever.

La fuite de chlorure ferrique, en l’occurrence, a des conséquences prévisibles sur la faune et la flore marine et seule une décision de fermeture des deux plages les plus proches jusqu’aux résultats des analyses réalisées par les services compétents (marins pompiers de Marseille et Sdis 13) pouvait être prise en anticipation.

Concevoir une industrialisation adaptée à un territoire nécessite des mesures de prévention et de protection modernes. Des mesures qui privilégient la production industrielle tout en préservant l’environnement de son implantation.

Cela nécessite des engagements financiers conséquents pour mettre aux normes les outils de cette production. Mais cela nécessite aussi que l’homme, le salarié soit au centre des concepts de production.

Plus que des intentions, il est urgent de remettre au cœur des fonctionnements le principe de précaution et de prévention. Les CHSCT (Comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail) , les astreintes d’urgences et les modalités d’alerte sont le premier maillon d’une chaîne qui contribue à la sécurité des sites de production industrielle et de leur environnement.

Concevoir investissements financiers, humains, technologiques, prévention et production industrielle sur nos territoires est la clé d’un avenir qui protège nos territoires tout autant que nos industries.

Il en va de notre avenir et nous entendons bien peser à tous les niveaux (administratif politique et législatif) pour faire entendre la voix de nos concitoyens.

Cet accident neuf mois après Lubrizol remet au goût du jour la cohabitation difficile entre les usines Seveso seuil haut et les autres activités humaines.

« La répétition des arrêtés de mise en demeure sur ce site et l’absence de mise à jour en temps voulu de son étude de dangers montre que l’exploitant ne considère pas la protection des travailleurs, des populations et de l’environnement comme une priorité », dénonce l’Association Robin des Bois.

https://www.maritima.info/depeches/environnement/martigues/69421/fuite-a-martigues-fne-et-sea-shepherd-portent-plainte.html

AUDITION DE LA COORDINATION NATIONALE devant la MISSION D'INFORMATION DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

AUDITION DE LA COORDINATION NATIONALE devant la MISSION D’INFORMATION DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE sur l’incendie d’un site industriel à Rouen.

Dès le 27 septembre, quelques heures après l’incendie qui allait dévaster l’usine Lubrizol à Rouen, la Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Séveso s’était adressée au Président du Sénat, aux trois Ministres (Santé, Intérieur, Ecologie). Elle demandait à être entendue.

La mission d’information mise en place par l’Assemblée Nationale convoquait deux de ses représentants pour une audition le Jeudi 12 décembre 2019.

Jean François DUPONT sera entendu, Michel LE CLER n’ayant pas pu se rendre à Paris, faute de train.

Du 2 au 31 décembre 2019, la mission d'information sur l'incendie survenu sur un site industriel à Rouen organise une consultation citoyenne

la mission d’information sur l’incendie survenu sur un site industriel à Rouen organise une consultation citoyenne

Du 2 au 31 décembre 2019

Elle s’adresse aux habitants de Seine Maritime (pages 4 à 10), puis à ceux du reste du pays. (pages 11 à 14).

La page 15 permet d’exprimer un avis.

La coordination vous appelle à compléter les champs vous concernant et renseigner la page 15.

Accéder à la consultation LUBRISOL

COMMISSION D’ENQUETE – INCENDIE DE L’USINE LUBRIZOL.

COMMISSION D’ENQUÊTE – INCENDIE DE L’USINE LUBRIZOL.

Mardi 12 novembre,

Mme Delphine BATHO, ancienne Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Mme Corinne LEPAGE, avocate spécialiste du droit de l’environnement ont été auditionnées dans le cadre des demandes formulées par le SENAT.

Lubrizol : cocktail d’une inspection déficiente et d’une déréglementation débridée

Lubrizol : cocktail d’une inspection déficiente et d’une déréglementation débridée

Dans ce second volet consacré à l’incendie Lubrizol, Gabriel Ullmann met en perspective les défaillances de l’Administration dans la surveillance du site, avec des conséquences accentuées par une réduction des contraintes imposées aux industriels.
22 15:39:46/10/2019 – Lire l’actu
© Actu-Environnement

Avis d’expert proposé par Gabriel Ullmann, docteur-ingénieur chimiste, docteur en droit, expert auprès des tribunaux pour les pollutions et les nuisances, ancien membre du Conseil supérieur des installations classées