Archives du mot-clé Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Seveso

Lubrizol France mise en examen pour exploitation non conforme d'une installation classée

Lubrizol France mise en examen pour exploitation non conforme d’une installation classée

Le parquet met en examen la société Lubrizol France pour exploitation non conforme de son établissement, sinistré le 26 septembre, et pour pollution des eaux. Son voisin, Normandie Logistique, est placé sous statut de simple témoin assisté.
27 17:03:26/02/2020 – Lire l’actu
© Actu-Environnement

Mission d'information mise en place par l'Assemblée Nationale

Le 12 décembre 2019, différents collectifs et associations de défense des riverains dont la Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Seveso étaient auditionnés par la mission d’information mise en place par l’Assemblée Nationale après l’incendie du site Lubrizol à ROUEN

compte rendu de cette audition.

AUDITION DE LA COORDINATION NATIONALE devant la MISSION D'INFORMATION DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE

AUDITION DE LA COORDINATION NATIONALE devant la MISSION D’INFORMATION DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE sur l’incendie d’un site industriel à Rouen.

Dès le 27 septembre, quelques heures après l’incendie qui allait dévaster l’usine Lubrizol à Rouen, la Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Séveso s’était adressée au Président du Sénat, aux trois Ministres (Santé, Intérieur, Ecologie). Elle demandait à être entendue.

La mission d’information mise en place par l’Assemblée Nationale convoquait deux de ses représentants pour une audition le Jeudi 12 décembre 2019.

Jean François DUPONT sera entendu, Michel LE CLER n’ayant pas pu se rendre à Paris, faute de train.

REOUVERTURE PARTIELLE DU SITE SEVESO LUBRIZOL : UN NON SENS et un mépris des populations

N’est ce pas un non sens que de permettre la réouverture partielle de l’usine LUBRIZOL détruite par un incendie dévastateur le 26 septembre dernier ?

Alors que les causes de l’incendie restent toujours inconnues, qu’une enquête est en cours, que la population choquée par l’ampleur du désastre, s’interroge toujours sur les risques de pollution, le Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (CODERST) vient de donner un avis favorable à une réouverture partielle du site.

Plusieurs élus locaux et parlementaires dans la Métropole rouennaise ont exprimé leur opposition à cette proposition considérant que les conditions n’étaient pas réunies.

Déjà le 8 novembre dernier, le président de Lubrizol France, Frédéric Henri, faisait écho aux propos tenus le 28 octobre par Eric Schnur, PDG de Lubrizol Corporation en reprenant l’argument que « l’arrêt pendant 6 mois serait synonyme d’arrêt pur et simple ». Menaces à peine voilées destinées aux salariés de l’entreprises et aux sous-traitants.

La Coordination Nationale des Associations Riveraines des Sites Seveso constate une nouvelle fois que l’Etat non content de mettre en place une déréglementation continue, qui est une des causes de l’accident de Lubrizol, relègue au second rang la protection et la sûreté des populations dans le seul intérêt des industriels Cette logique qui donne la priorité aux intérêts économiques et ignore et méprise les populations ne peut que conduire à de nouvelles catastrophes industrielles.

Du 2 au 31 décembre 2019, la mission d'information sur l'incendie survenu sur un site industriel à Rouen organise une consultation citoyenne

la mission d’information sur l’incendie survenu sur un site industriel à Rouen organise une consultation citoyenne

Du 2 au 31 décembre 2019

Elle s’adresse aux habitants de Seine Maritime (pages 4 à 10), puis à ceux du reste du pays. (pages 11 à 14).

La page 15 permet d’exprimer un avis.

La coordination vous appelle à compléter les champs vous concernant et renseigner la page 15.

Accéder à la consultation LUBRISOL

Ain : vol de 200 kilos d'explosifs sur un site classé Seveso

VU DANS LA PRESSE – 200 kilos de produits explosifs ont été volés, dans la nuit de vendredi 15 au samedi 16 novembre, dans une entreprise spécialisée dans les feux d’artifice.

Esther Serrajordia Journaliste publié le 21/11/2019 à 17:11

C’est « une prise très sensible », selon le parquet. Dans la nuit de vendredi 15 au samedi 16 novembre, des voleurs ont réussi à pénétrer sur le site de la société classée Seveso Ukoba, spécialisée dans les feux d’artifice à Saint-Jean-de-Thurigneux (Ain). Au total, 200 kilos d’explosifs ont été dérobés, révèle le quotidien Le Progrès

Les cambrioleurs sont également repartis avec quarante cartons contenant trois kilos d’artifice chacun. Une enquête a été ouverte et a été confiée à la gendarmerie de Trévoux, mais, pour l’instant, aucune interpellation n’a été réalisée. 

Malgré les grillages et les portails, les cambrioleurs ont réussi à rentrer dans la société puis à prendre la fuite. « Il est très clair qu’un nouveau point sera fait avec l’exploitant. S’il y a une faille quelque part, il faudra rapidement y remédier« , a déclaré au Progrès le cabinet du préfet de l’Ain. 

L’entreprise est classée Seveso et fait partie des huit sites classés en seuil haut dans le département.

Usines Seveso : ces voisines qu’on aime loin de chez soi

Depuis l’incendie de l’usine Lubrizol en septembre, à Rouen, les sites Seveso, usines classées à risque, suscitent la méfiance des riverains. En France, associations et collectifs exigent d’être protégés de ces voisins potentiellement dangereux.

Depuis que les flammes ont ravagé l’usine Lubrizol à Rouen, le 26 septembre, dégageant des fumées toxiques, les site Seveso inquiètent. Ces sites industriels répertoriés potentiellement dangereux ne sont plus les bienvenus sur le territoire. Mais il est difficile d’y échapper tant ils sont nombreux : la France compte quelque 1 355 sites répertoriés, dont 720 sont classés en seuil haut lire la suite ‘

( France24 )

http://f24.my/5jqv